Légumes

Patates douces au four et aux aromates

by

Ceux qui ont participé au chantier la semaine dernière l’ont constaté de visu, les autres l’ont lu, nous allons avoir le plaisir de manger des patates douces cet automne ! Comme on en a eu la semaine dernière, je me suis dévouée pour vous trouver une autre utilisation du légume que en soupe ou en purée (même si c’est très très bon en soupe ou en purée, et ce n’est pas Mademoiselle II qui dira le contraire, elle en raffole).

Voici mes 3 spécimens, celui du milieu a déjà été vigoureusement frotté à la brosse à légumes. Monsieur me demande si je fais un exposé sur les formes de crottes. Monsieur a ses moments poétiques…

Pour des raisons éplucho-techniques j’ai dû casser le magnifique étron de gauche en plusieurs bouts. Tout est bien brossé, les petites racinettes radicelles ôtées aussi, je coupe alors mes patates en 2.

On met les demi-patates dans un plat au four. Monsieur était devant son café au lait du matin (oui, c’est une recette qui se prépare très vite, et qui cuit pendant le petit dèj et l’habillage des Mademoiselles, bon dépannage quand on a oublié de préparer une gamelle la veille), mais s’il avait été dans la cuisine il n’aurait pas manqué de me faire remarquer que mon plat était trop petit. Mais en tassant un peu, ça passe (large).

Là, sur le principe, on huile la surface et on rajoute ce qu’on veut dessus. Moi j’ai huilé à l’huile de sésame et j’ai rajouté du sésame. Dans la recette elle prenait de l’huile d’olive avec du thym et du piment d’espelette (en disant qu’on pouvait aussi faire huile de sésame/sésame, on se complète, voyez-vous !). On pourrait aussi mettre de l’ail, « huiler » au lait de coco… bref, laissez libre cours à vos fonds de placards d’aromates !

C’est beau non ?

45 min à chaleur tournante sur th°6 et c’est cuit à la perfection.

Je viens de finir ma gamelle de midi, et bien sûr, c’est très bon (enfin vu les ingrédients, il y avait assez peu de doutes !).

Courge spaghetti à la carbonara

by

Voici une courge spaghetti. Et plus particulièrement une courge spaghetti qui a reçu un bisou de son voisin le chou-rouge, quel profiteur celui-là. Il a laissé une trace de bleu à lèvres.

Et aujourd’hui n’est pas un jour de chance pour notre petite courge, puisqu’en plus de se faire voler un bisou, elle va être cuite…

40 min plus tard, elle a joliment craquelé. Je la laisse s’égoutter un moment dans l’évier pour éviter la fameuse et désagréable flaque sur le plan de travail.

Une fois qu’elle s’est bien égouttée et qu’elle a un peu refroidi, je n’ai aucune pitié et la fends dans le sens de la longueur :

Un habile coup de cuillère (enfin 2, un par côté) plus tard, et j’ai la même sans les pépins. (« Beuh, c’est pas une pomme, on dit pas des pépins pour une courge ! – Oh eh ! C’est moi qui écris, c’est moi qui décide ! »)

Après la cuillère, il faut sortir la fourchette pour avoir de beaux spaghetti de courges, qu’on effile et qu’on met dans la poêle.

Il est temps d’ajouter les lardons, et on laisse cuire jusqu’à ce que la flotte de la courge soit évaporée, ça correspond peu ou prou au temps nécessaire aux lardons pour cuire.

Et voilà, un peu de fromage râpé, une grosse cuillère de crème fraîche, et il n’y a plus qu’à se régaler, tous autant qu’on est, Monsieur, Mademoiselle, et moi !!!

Ça a quand même un goût de trop peu…

Le chantier des Jardins de Laporte du 16 octobre [par Élise]

by

Samedi nous étions une trentaine d’amis, d’agro et d’amapiens pour le chantier et la petite fête organisée par Emeline et David en remerciements des dons collectés par Emeline pendant sa campagne de financement participatif.
On a commencé par ramasser les courges et les mettre en cagettes. Nous étions tellement nombreux et efficaces que cela a été vite plié.

Ensuite on s’est amusé avec les courges serpent (dsl j’ai oublié leur vrai nom…). J’ai trouvé que notre alignement sous la serre avait un petit air de land art ! Certaines courges avaient même des airs de statues de Niki de Saint-Phalle ! 


Ensuite on a entamé les patates douces. Les tiges et feuilles avaient déjà été scalpées la veille et elles attendaient qu’on les déterre sous une bâche. Une vraie tâche d’archéologues nous attendait ensuite. Car il faut extraire du sol la grappe de patate douce, avec force et délicatesse car il faut éviter d’entailler les patates. Qq Monsieurs se sont amusés avec les grelinettes, qq petits loulous ont bien patouillé dans la terre, et on a rempli beaucoup de cagettes ! Une belle récolte, avec de sacrés beaux spécimens fessus et ventrus, là encore dignes de statues !


Après avoir bien travaillé nous avons écouté le beau et touchant discours d’Emeline, qui a retracé son parcours et les échecs qui l’ont conduit finalement à rencontrer David et à s’installer au Jardin de Laporte pour son plus grand bonheur. Comme quoi des échecs naissent parfois de grandes réussites ! 

On a partagé un beau gueuleton, toujours sous un soleil radieux. 
Enfin nous avons aidé David à monter les caisses de courges (qui avaient bien séchées au soleil) en stockage pour conservation.


Une belle journée de chantier et de convivialité ! 

Le fameux clafoutis aux pommes de la mamie de Monsieur [par Élise]

by

De son côté Monsieur a cuisiné  »le fameux clafoutis aux pommes que sa mamie faisait quand il était petit car c’était le dessert préféré de son frère (parce que lui il préférait le 4-quarts) » (super vous savez tout…!) :

– 6 ou 8 pommes (dsl il sait plus trop…) – 100g de farine – 50g de sucre – 3 oeufs – 30 cl de lait

Cuisson 1h : 20 min à 190° et 40 min à 170°

Si vous prenez tous les contrats vous avez un gâteau 100% amap locavore et ça, ça déchire grave, non ? Nous on avait tout de l’amap sauf le lait.
En sortie de four vous pouvez saupoudrer un peu de sucre vanillé ou de cannelle… Miam !

Poêlée ensoleillée au chou rouge [par Élise]

by

Petite tambouille du jour :
Force est de constater que le chou rouge attend depuis plusieurs jours (semaines…) dans le bac du frigo. Cette semaine ça commence même dangereusement à s’accumuler avec la distri de mardi. J’en discute avec ma maman de passage à la maison pour m’aider avec les 3 loustics pendant que Monsieur s’offre une semaine de voile en solo (je l’ai autorisé…). Elle me dit qu’elle fait des poêlées avec le chou rouge. Tiens mais c’est vrai ça, pourquoi cataloguer ce pauvre chou rouge à l’éternelle salade chou rouge – pommes – noix… 

Du coup ce soir j’ai utilisé :

– 1 oignon – 4 grosses carottes – 3/4 d’un chou rouge – gingembre – shoyu et huile de sésame grillé (le bon combo pour donner la petite note asiatique qui va bien).

J’ai poêlé tout ça gentiment en commençant par les oignons et les carottes et en ajoutant le chou un peu après. Je n’ai pas cuit très longtemps pour que le chou reste un peu croquant. En voyant ça Monsieur me dit  »tiens tu cuisines le chou rouge toi ?! » (oui j’avoue, je lui laisse souvent les légumes qui ne m’emballent pas…). Verdict demain soir après dégustation ! 

Chou rouge, ach…

by

J’en avais parlé, la voici, la recette du chou rouge, cuit, à l’allemande.

Il vous faut :
une cocotte en fonte
un demi chou rouge
deux pommes
2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
2 cuillères à café de sucre
un peu d’huile d’olive
votre plus belle paire de chaussettes

Commencez par vous mettre dans l’esprit allemand en mettant des chaussettes dans vos sandales, vous verrez, tout ira comme sur des roulettes après ça.

Première étape : coupez le chou en lanières fines, et mettez-le à revenir dans un peu d’huile dans la cocotte.

Pendant ce temps, occupez-vous du cas des pommes. Épluchez-les, toutes les deux, même si la deuxième essaie de vous supplier.

Et coupez-les en morceaux. Voilà, la peur n’évite pas le danger.

Ajoutez les pommes au chou :

Mais aussi le vinaigre et le sucre.

Touillez, ajoutez un verre d’eau, et laissez mijoter 1h à feu doux.

Je m’y suis prise un peu au dernier moment, mais si j’avais mis les pommes de terre avant dans la cocotte elles seraient devenues rose fuchsia, et ça aurait été très joli. En viande, je recommande le charnu de porc du p’tit boucher de la rue Saint Paulin, dites-lui que vous venez de la part de la fille qui lui achète tout le temps du charnu, il rigolera et saura que c’est de moi que vous parlez.

Et voilà la jolie assiette !

Mon petit doigt m’a dit qu’en ajoutant un œuf dans le chou, il devenait… bleu turquoise ! Avis aux amateurs de couleurs ! (merci à Hélène, parfaite dans le rôle du petit doigt !)

La soupe de David [par Jeanne]

by

Hier au pôle pommes, on a eu le temps de discuter, et David m’a dit qu’il avait fait une soupe avec des betteraves et des courges, qu’elle était bonne, et rouge. Ça m’a semblé être une recette tout à fait acceptable et donc aujourd’hui, j’ai testé (les betteraves de la semaine dernière attendaient toujours leur tour). Moi, les betteraves, je suis pas fort dessus, comme dirait mon beau-père (je pense que l’expression n’est même pas locale d’ailleurs et qu’il n’y a que lui qui dit ça). Ça veut dire que dans la mesure du possible, si je peux éviter d’en manger, j’évite. Ou alors râpées, crues. Là c’est bon. Mais si c’est mélangé à autre chose, alors faut voir.

J’ai donc sorti : les betteraves, les courges, les tomates, de la purée de tomates aucazoù, les patates douces (bon, elles, c’est pas que je les ai sorties, c’est que je ne les avais pas rangées. Mais elles correspondaient bien au critère : faut que ce soit rouge). Et des oignons, parce que c’est bon les oignons, et j’avais oublié d’en mettre la dernière fois ça m’a traumatisée.

Maguelonne, c’est le moment de caser les poivrons que tu n’aimes pas, le goût des betteraves devrait les écraser, et la courge adoucir le tout.

Finalement je n’ai pas tout mis. Exit les tomates, ça me fait toujours un peu mal au cœur de faire cuire de délicieuses tomates comme ça et je n’en avais pas d’autres (à part la boîte, que je n’ai pas mise non plus, pas besoin, la casserole était déjà pleine), exit les patates douces, et je n’ai mis qu’une des deux courges (la sucrine d’hier). L’autre ayant une forme bien adaptée au fameux potimarron-coupé-en-2-rempli-avec-crème-et-lardons-passé-au-four. Si. C’est fameux. Et j’ai mis des patates pas douces, que j’avais oublié de sortir pour la photo. Vous remarquerez peut-être en déco derrière le basilic dans la bouteille de jus de pomme. Vu que les bouteilles ne sont PAS consignées, je les recycle.

Pour faire une soupe avec de la betterave dedans, il faut éplucher les betteraves. Le résultat est fatal, j’aurais pu candidater pour une suspicion de meurtre. Je note au passage que toutes les betteraves ne sont pas de la même famille. Je décide de ne passer en soupe que les rouges, l’autre je la couperai fino-fino à l’économe dans une salade, elle est tellement belle !

Une fois le massacre terminé, je mets classiquement tout dans une casserole, de l’eau qui mouille dedans et du feu qui brûle dessous. Avant même d’avoir mal, les betteraves commencent à pleurer rouge à gauche de la casserole. Aucune compassion, j’en rigole. Si je n’avais pas de bébé-sans-sel, je mettrais un bouillon-cube aussi.

Quelques dizaines de minutes plus tard, la couleur commence à être intéressante.

On passe tout ça au nouveau mixsoupe, le dernier ayant rendu l’âme après 30 ans de bons et loyaux services, et ça fait une soupe magnifique, et très bonne ! On sent peu les légumes de façon unitaire, ce qui m’arrange, ce qui arrange aussi mon ami allemand qui n’est pas fort sur les courges, lui, et l’ensemble a un goût, euh, de bonne soupe aux légumes. Et on s’est tous régalés, Mademoiselles incluses.

Monsieur un peu patraque a mangé plus tard et n’a pas suivi la préparation. Il a dû deviner ce qu’il y avait dans la soupe. L’occasion n’est pas souvent donnée de sortir les répliques de film culte dans le contexte :
« Y’a de la betterave ?
– Y’en a ! »

Hihihi !

Merci David !

Le panier et la distribution de la semaine du 5 octobre [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur Le panier et la distribution de la semaine du 5 octobre [par Jeanne]

La distribution était avenue Alexis Capelle ce soir. Mademoiselle a tout juste appris à dire où elle habite en donnant son adresse, et elle a tressailli de joie en entendant que le GPS (mea culpa, je ne sais toujours pas aller à la salle Saint Maurice… je sais, c’est la honte…) parlait d’une avenue autre que « la sienne ». Qui est Alexis Capelle ? À votre avis ? Eh bien c’est un ancien maire de Bègles, 1925-1932, et c’est lui qui a adopté le projet de construction d’une piscine avec des bains-douches dont la mise en service marquera les débuts de l’hygiène publique pour le plus grand nombre. La piscine, caractérisée par son style « Art déco », deviendra la doyenne des piscines de l’agglomération bordelaise et sera classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques !

Fermons la parenthèse culture locale et revenons à nos oignons. Non, d’ailleurs, pas d’oignons dans le panier. Cette semaine, nous avons

– des patates douces (ça me fait toujours penser à ce monsieur qui, pour parler chic, m’avait vendu des pommes de terre douces une fois ! 🤣),

– du chou rouge, que je pense préparer cuit, parce que perso je ne connaissais pas avant d’habiter en Allemagne et peut-être que ça vous fera découvrir le chou rouge sous un nouveau jour (inversement, mon ami allemand ne connaissait pas sous forme de salade, ils sont fous ces Allemands),

– une aubergine qui a bien pris son temps pour mûrir, c’est cool, comme ça on a encore de l’aubergine en octobre,

– du basilic qui sentait bon dans toute la salle Saint Maurice,

– des tomates pour aller avec le basilic,

– et une courge présentée comme une sucrine –et là je me coucherai moins bête ce soir parce que pour moi une sucrine c’était une salade vendue sous plastique avec 2 copines.

Le stand légumes :

Ce mardi, j’étais au stand pommes pour soutenir moralement David dans sa quête de pépettes. Le remplissage des contrats est une occasion en or pour faire un peu de calcul mental. D’abord, réviser la table de 10 : sachant que 4 kg de pommes coûtent 11,80€ et qu’il y aura 10 distributions, combien doit-on payer au total ? Plus dur, si je fais 4 chèques, quel est le montant de chaque chèque ? Si on veut s’amuser on a aussi l’exercice inverse : un chèque de 17,90€ ? Ça correspond à 4 kg de pommes et 2 bouteilles de jus à 3,05€ ! Ah on sait se poiler au pôle pommes !

Pierre au pain et Bertrand (je crois ?) aux œufs :

Et il y avait une animation musicale ce soir, pour le plus grand plaisir de Mademoiselle, qui adore se trémousser !

Soupe de poivrons [par Jeanne]

by

Voilà, ça fait 2-3 fois qu’on a des poivrons et que je ne les prépare pas, ça s’accumule, ça risque de se perdre, et ce serait dommage c’est drôlement bon les poivrons.

Je vais faire une soupe ! (V’là le suspens vu le titre de l’article…)

J’ai commencé à chercher une recette mais celles que je trouvais ne me convenaient pas. Là, j’ai entendu la voix (je m’appelle Jeanne, c’est de la prédisposition naturelle) de Monsieur dans ma tête me dire que si c’est pour ne pas la suivre après c’est pas la peine de perdre du temps à chercher, autant n’en faire qu’à ma tête tout de suite. Comme quoi
1) même quand il n’est pas là il arrive à être désagréable et
2) il faut que je le crée dans ma tête pour qu’il ait raison de temps en temps. Je suis quand même dévouée.

Bref. Donc commencez par couper un poivron en 2, tartinez-le de fromage de chèvre affiné de la ferme des Jarouilles, ajoutez un peu de cumin, en poudre ou en graines. Ça ne fait pas une soupe, mais c’est très délicieux, comme dit mon ami chinois, et vous le mangerez en préparant la soupe.

J’étais presque prête à passer aux choses sérieuses quand je suis tombée en admiration devant la beauté intérieure du poivron : zoomez un peu et admirez le fin filet irisé qui recouvre la surface !

Assez badiné, il est temps de couper. COUPEZ !🎬 Hein ? Ah oui non, rien, pardon.

C’est coupé. Tous les poivrons et les oignons.

Un peu d’huile d’olive là-dedans, un couvercle, et chauffe Marcelle-la-poêle.

C’est chauffé. Là, je m’accorde un temps de réflexion parce que la recette était très claire dans ma tête jusque là, et puis d’un seul coup j’hésite. Patates or not patates ? That is the question. Avantage : la soupe gagnera en consistance. Inconvénient : ça risque d’atténuer un peu le goût des poivrons. Je vote patates, mais peu.

Une fois les pommes de terre épluchées et coupées en morceaux, je verse dessus ma piperade (parce que faut être honnête, ça y ressemble), je rajoute de l’eau et je laisse cuire. Si une partie de la soupe n’avait pas été destinée à Mademoiselle II qui ne doit pas encore manger de sel, j’aurais mis un bouillon-cube à cette étape.

Après cuisson, l’eau a disparu. J’en ai remis pour mixer. Je vise une soupe, pas une purée.

Et là arrive la petite touche qui fait le charme de cette recette : le fromage frais à l’ail et aux fines herbes.

Mixé avec le reste, il veloute la soupe. Comme j’imagine que c’est salé je n’ai pas tout mis, mais c’est ce que j’aurais fait sans ce bébé décidément bien rabat-joie.

Et voilà !

Mademoiselle était KO ce soir et s’est couchée sans manger donc n’a pas pu goûter (mais la dernière fois elle avait adoré, alors qu’elle prétend ne pas aimer les poivrons).

Monsieur s’est rappelé que j’en avais déjà fait « ah oui c’est vrai que c’est super bon ça ! ».

Et Mademoiselle II dans tout ça ?

Ça a été un drame quand le biberon a été vide…😊

Rouge à lèvres bio [par Mademoiselle II]

by

J’avais prévenu que ce blog tournait cosmétique…

Et donc Mesdames (Messieurs aussi, si ça vous intéresse), il ne vous a pas échappé que dans l’avant-dernier panier, il y avait de la betterave. Mademoiselle II a goûté bien sûr.

Une jolie petite purée, faite avec 1 betterave, 1 patate, un peu de yaourt pour l’onctuosité, et beaucoup d’amour.

Quelle jolie couleur ! Et donc Mademoiselle II vous conseille d’en appliquer subtilement autour de la bouche, mais aussi un peu sur le nez et derrière la tête (!?).

C’est un maquillage bio du plus bel effet, n’est-ce pas ?