Recettes

Sauce verdurette

by

Dans les derniers paniers, c’est super on a commencé à avoir des oignons nouveaux (« délice ! » comme dit Mademoiselle). Mais bon, on a aussi eu du fenouil et du céleri, et ceux qui suivent un peu ce blog savent que, euh, il y a beaucoup de choses que je préfère à ces deux légumes, manière diplomate de dire que je déteste ça. Toutefois, je suis une mère et moitié attentionnée (et je suis la seule à ne pas aimer ça à la maison) et donc même si mes mains sentent mauvais pendant des heures quand je prépare ça, je m’y colle.

L’intro n’est pas finie, je vais aussi vous parler de ma belle-sœur, comme ça vous aurez toute la genèse de la recette que je vous propose aujourd’hui. Car oui, ma belle-soeur est fan des « Goguettes en trio mais à 4 » et notamment de leur chanson « elle est vegan » (accompagnez votre lecture : https://youtu.be/MqRGeWchfRQ). Il y est question d’un homme qui tombe amoureux d’une vegan et qui se retrouve à devoir renoncer à beaucoup de bonnes choses ; et alors qu’il rêve de fromage et de bœuf, il se réveille et elle a préparé pour le petit-déjeuner du fenouil vapeur. Voilà, la transition entre ma belle-soeur et la recette est là. Comme ladite belle-soeur devait venir le soir-même, j’ai voulu lui faire plaisir.

J’ai ainsi fait cuire à la vapeur fenouil (entier), céleri (en grosses tranches) et, histoire qu’il y ait quand même quelque chose pour moi dans le lot, les brocolis.

Et comme des légumes vapeur, ça a beau être bon, c’est pas non plus ce qu’il y a de plus foufou, j’ai cherché une sauce-du-tonnerre pour rendre le tout plus excitant. Et j’ai trouvé, dans une feuille manifestement arrachée dans un magazine et soigneusement pliée dans un livre de recettes sobrement intitulé « sauces » : la sauce Verdurette.

Je vous laisse lire l’original ci-dessus et la version adaptée au contenu de mon frigo ci-dessous.

J’ai pris 2 gousses d’ail, du persil, des herbes de Provence, 7-8 feuilles d’épinards frais du panier du jour, 1 cuillère à café de moutarde, et 2 yaourts nature (notez les pots en verre : je suis très fière d’avoir recommencé à faire nos yaourts maison. On jette 7 fois moins de pots qu’avant – et une brique de lait entier en plus tous les 7 yaourts).

La recette n’est pas compliquée compliquée : il faut tout mixer ensemble.

Et on obtient une petite sauce qui sent très bon, relevée juste comme il faut, et toute verte.

Il est temps de servir. J’ai fait réchauffer les légumes à la poêle dans une noisette de beurre, disposé les tranches de céleri au fond et le fenouil et le brocolis plus esthétiques dessus, et versé la sauce (froide) dessus.

Pour moi, assiette exclusivement brocoliesque.

Les petites n’ont pas goûté, l’une parce que très fatiguée et déjà couchée, l’autre parce que ayant préféré la soupe panais-butternut de la veille. Mais nous, les grands, on s’est régalés. Je m’étais faite à l’idée d’un repas un peu tristoune mais ce petit ajout saucier a rendu le tout délicieux !

Bon appétit !

Les polpettes au chou

by

Alors autant prévenir tout de suite, je suis un escroc et ce n’est pas une recette de polpette qui suit. Mais c’est ce qui m’a inspirée. Je m’esplique : j’étais en Italie récemment, et j’ai eu l’occasion de goûter des polpettE (pluriel de una polpetta) : de délicieuses boulettes de viande à la sauce tomate. De retour en France, et comme j’avais de la chair à saucisse au frigo, je me suis dit que j’allais faire ma version de polpette à mes poulettes (et à mon Monsieur), mais manque de bol, plus de tomates à la maison. C’est là que mes polpetteS bien françaises ont commencé à sérieusement dériver des polpettE italiennes originales, parce que je me suis dit que j’avais du chou et que je pourrais peut-être emballer mes boulettes dans des feuilles de chou, que ça devrait être bon. Et pour accompagner tout ça, j’avais de l’aillet. Entre autres. Dont acte.

Tout d’abord, j’ai fait blanchir le chou (pour ramollir les feuilles), donc passage d’une 10aine de minutes dans l’eau bouillante. Il a arrêté de faire le malin avec ses feuilles un peu rouges, tout est devenu vert plus ou moins clair. Pendant ce temps on a le temps de nettoyer et couper l’aillet en tronçons. Qu’on jette avec ménagement au fond de la cocotte, avec un filet d’huile. J’ai trouvé que ça faisait léger comme accompagnement donc j’ai ajouté 4 (petits) oignons.

J’ai remarqué que j’avais quelques tomates cerises aussi et que le rouge (et le jaune) seraient du plus bel effet avec le vert de l’aillet et le blanc de l’oignon, petit rappel esthétique à l’Italie natale de mon idée de recette.

Pendant que l’accompagnement revient tranquillement, j’emballe mes boulettes dans le chou.

Et j’ajoute les boulettes emballées dans la cocotte.

J’ai ajouté un grand verre d’eau pour qu’il n’y ait pas de risque de cramade et en me disant que ça ferait un bouillon-sauce très goûteux. J’ai également mis un tout petit bout de gingembre frais, mais tout petit pour qu’il parfume légèrement sans prendre le pas sur tout le reste.

Une grosse demi-heure après, c’est cuit !

On a mangé ça avec du riz. C’est bon, mais c’est bon !!! Mademoiselle II a mangé 2 boulettes à elle toute seule et en a re-piqué un bout dans l’assiette de son papa chéri après (il a grogné un peu mais elle lui a fait un sourire et il était hors d’état de combattre) !

Bref, un peu de temps de préparation (et encore, ça va relativement vite quand même), mais vu le régal que c’est, ça vaut vraiment le coup ! En plus, polpette c’est un nom marrant ! Bon appétit !

Purée minute.

by

Il arrive qu’on n’ait pas le temps de cuisiner. Si, ça arrive. Même quand on passe l’après-midi chez soi. C’est pile pour cette configuration que cette recette est parfaite !

Il vous faut : un potimarron et de la crème fraîche. On peut aussi ajouter du fromage râpé ou des épices, mais attention, on va dépasser la minute de préparation s’il y en a trop.

Étape 1 : Sortir le potimarron du garde-manger, le poser dans un plat à four et enfourner le tout à th°6……..durée : 15s

Quand la peau est craquelée, environ 45 minutes plus tard, il est temps de passer à l’

Étape 2 : sortir le plat du four. Racler la pulpe du potimarron avec une grande cuillère et mettez-la dans le plat de service. Ça se détache tout seul, les graines aussi………durée : 35s

Étape 3 : sortir la crème fraîche du frigo (et le fromage râpé si vous avez choisi d’en mettre), ajouter une cuillère de crème à la pulpe et bien mélanger……….durée : 10s.

Et voilà, on arrive à 60s de préparation, pour un résultat simple et délicieux !

Qui dit mieux ?😊

Gratin de céleri aux pommes

by
Commentaires fermés sur Gratin de céleri aux pommes

Que c’en est dommage de gâcher des pommes pour ça mais que voulez-vous, on avait un tas de céleri et à la maison je suis la seule à ne pas aimer ça, alors j’en cuisine quand même.

La préparation est assez simple : il faut du céleri, des pommes, de quoi gratiner et de la béchamel. On coupe pommes et céleri en cubes de taille raisonnable.

On mélange le tout avec du fromage râpé dans un plat à gratin :

La béchamel, c’est le classique beurre/farine/lait délicatement touillés jusqu’à épaississement :

On verse la béchamel sur nos cubes, on nettoie tout ce qui est tombé à côté, on remet un peu de fromage râpé, et le tour est joué, il n’y a plus qu’à mettre au four.

Si vous aimez autant le céleri que moi, vous pouvez utiliser le temps de cuisson pour bien vous frotter les mains parce que l’odeur est tenace !!!

C’est un gratin, si vous voulez que ce soit bien présenté au service, il faut faire des gratins individuels hein !

Monsieur était très content, il a trouvé ça très bon. Mademoiselle II avait repéré du jambon sur la table et n’a pas voulu goûter le gratin, elle avait d’autres ambitions. Mademoiselle a tout mangé avant de déclarer qu’elle n’avait pas trop aimé et d’en redemander un peu. Logique, quand tu nous tiens…

Et juste pour la beauté de la couleur, le même jour j’avais préparé une soupe à tout, et notamment à la betterave. C’est toujours spectaculaire après le passage au mixsoupe !

Soupe de jouvence

by
Commentaires fermés sur Soupe de jouvence

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la recette. « Source de protéines », « antioxydante » et « rajeunissante ». Ça vend pas un peu du rêve ça ???

Je vous ai déjà parlé du livre de potions reçu à Noël par Monsieur avec la recette de soupe quinoa/butternut/cumin qui n’avait de soupe que le nom.

On a testé une deuxième recette donc, avec de la patate douce et des noix de macadamia.

Le plus dur, c’est de trouver des noix de macadamia. C’est fou la quantité de noix qui se vendent, pécan, cajou, du Brésil… macadamia je n’ai pas trouvé tout de suite, et ce que j’ai trouvé, c’était grillées et salées. Mais bon, je ne cherchais peut-être pas au bon endroit, ça ne fait pas partie de mon placard de base.

Quand j’ai commencé l’épluchage, je n’avais pas encore en tête de faire cette soupe donc j’ai épluché un butternut. J’ai complété avec de la patate douce en me disant que ça ne devrait pas être catastrophique sur le goût final. J’avais aussi nettoyé/coupé l’aillet qui a ainsi été utilisé en lieu et place de l’ail. De l’oignon, de l’huile de coco, du gingembre, du zeste de citron et bien sûr les fameuses noix complètent la recette.

Ma partie s’est arrêtée là, la suite, c’est Monsieur qui l’a faite, je devais filer. Résultat : il aurait dû y avoir du persil mais comme le nôtre est au congel je ne l’avais pas sorti. Et Monsieur a fait avec ce que je lui avais préparé.

Après cuisson et mixage, on obtient une jolie soupe toute jaune et toute douce, qui a fait le régal de Mademoiselle, mais pas de Mademoiselle II. Nous on a adoré. C’est bon, pas plus long à faire qu’une autre soupe, et ça change !

Une autre différence par rapport à la recette de base, c’est qu’on a mis du gingembre frais et non en poudre. Ça se sent bien dans le produit final, c’est peut-être ce qui n’a pas plu à Mademoiselle II !

Butternut au boudin noir

by
Commentaires fermés sur Butternut au boudin noir

Dans la catégorie « recettes qui nécessitent moins de 10min de préparation », voici le butternut au boudin noir.

Ça ne peut pas être plus simple : le butternut est coupé en 2 dans le sens de la longueur, le Monsieur a eu une petite envie de boudin noir la dernière fois qu’il est allé faire les courses tout seul, et le boudin en question est coupé en tranches et disposé sur la moitié de butternut.

L’ensemble passe au four. Là, j’ai une petite incertitude. J’ai mis une feuille d’aluminium sur le plat pour éviter que le boudin ne crame, mais du coup 1h20 à th°6 c’est tout juste pour la courge, qui aurait pu supporter quelques minutes supplémentaires.

À vous de tester donc, peut-être qu’1h avec aluminium et 20 minutes sans feuille serait une combinaison plus adaptée ! Dans tous les cas c’était très bon, et tout le monde s’est resservi !

Potion de quinoa au butternut

by
Commentaires fermés sur Potion de quinoa au butternut

À Noël, Monsieur a reçu un mug Obélix d’une contenance indécente, qu’il utilise depuis avec ravissement pour sa ricoré matinale. Ce qui n’empêche pas l’énorme tasse d’être accompagnée d’un minuscule livre de recettes de « potions » dont voici un extrait :

Et justement il nous reste du butternut ! Alors certes, nous n’avons pas de courgette, j’aurais même tendance à penser que butternut et courgette ne se croisent pas sans que l’un des deux soit hors saison. Mais j’ai quand même eu envie de tester, donc on a acheté du quinoa pour compléter les ingrédients.

1ère étape, faire chauffer la cuillère à soupe d’huile d’olive et faire revenir l’oignon 3 minutes. Ça commence déjà à sentir bon dans la cuisine.

Ensuite on ajoute le butternut coupé en cubes (s’ils sont un peu gros il sera toujours temps de les recouper quand ils seront cuits et tout tendres, pas d’inquiétude) et le cumin. Ça continue de sentir très bon. Et on ajoute les 600mL d’eau (ça fait pschhhhhh !) et les 200g de quinoa.

On couvre, et on compte 10min après l’ébullition.

Et là, il faut bien se rendre à l’évidence : ça n’a pas une tête de soupe. Comme la table était mise, on a quand même mangé dans les assiettes creuses à la grande cuillère, mais fourchette et assiette plate auraient très bien convenu.

Ah, j’ai mis un quart de bouillon cube aussi, mais un peu tard, quand il n’y avait presque plus d’eau. Résultat, il n’a pas bien fondu et ça ça fait tout drôle à Monsieur quand il a croqué dedans. Mes culpa, mes maxima culpa.

À part la consistance inattendue, c’est très bon. Mademoiselle II a réclamé « aco Maman ! » et a été resservie. Monsieur a fait remarquer que ça pourrait très bien passer pour un couscous végétarien, et moi j’ai été plutôt convaincue par le quinoa que je cuisinais pour la toute première fois !

Gratin de céleri, une recette de Monsieur (évidemment)

by

Il ne vous a pas échappé qu’il y a deux semaines, le céleri rave était de retour. J’ai essayé de bien cacher ma joie. Mais comme je suis quand même une bonne âme et que je sais que Monsieur aime ça, lui, j’ai profité d’avoir sorti le robot pour préparer une salade de betterave (crue) et de radis red meat râpés pour râper également toute la rave du céleri. Advienne que pourra ensuite, Monsieur pourra se préparer sa rémoulade tout seul (déjà que j’ai trimbalé l’odeur du céleri sur mes mains pendant plusieurs heures juste pour l’avoir épluché…).

Bon à savoir : ça se conserve bien râpé dans un sac congélation au frigo. Enfin au moins quelques jours.

Et Monsieur s’est dit que tout un céleri, en rémoulade, tout seul (ou presque, les demoiselles semblent aimer ça, elles ne doivent pas tenir tellement de moi sur ce coup-là), c’est beaucoup. Et il a décidé de se préparer un gratin de céleri (râpé donc).

1ère étape : faire revenir oignons et ail coupés petit dans un peu d’huile.

2ème étape : ajouter un bouillon cube dissout dans de l’eau, et laisser frémir :

3ème étape : ajouter la râpure du céleri et laisser mijoter. Ce qui est triste, pour moi, dans cette recette, c’est qu’entre l’oignon et l’ail revenus dans l’huile et le bouillon-cube, ça sent hyper bon ! Quel dommage finalement d’ajouter le céleri…

4ème étape : mettre dans un plat à gratin, répartir un peu de fromage râpé (oui, rappelez-vous, c’est un gratin quand même) sur le dessus :

Et 5ème étape : laisser gratiner au four.

Il paraîtrait que c’est vraiment très bon. Mademoiselle en a repris, Mademoiselle II aussi, scrogneugneu. Il n’en reste pas moins que c’est du céleri, et que moi, le céleri, je déteste ça.

Bon appétit !

Tarte aux poireaux au Saint-Nectaire

by
Commentaires fermés sur Tarte aux poireaux au Saint-Nectaire

C’est Monsieur qui l’a faite de A à Z, de la pâte feuilletée au service, donc pas de recette détaillée. Mais c’était juste pour vous faire baver, parce que c’était drôlement bon.

Le principe : pâte feuilletée, une fine couche de moutarde, parce qu’il n’y a plus beaucoup de moutarde mais que c’est délicieux dans ce genre de plat, des poireaux du panier de la semaine dernière préalablement revenus à la poêle, un appareil à base d’œufs, de crème et d’herbes de Provence (parce que Monsieur ne sait pas cuisiner sans herbes de Provence), et par-dessus, de fines tranches de Saint Nectaire qui vont boucher les trous en fondant.

Mademoiselle II a beau prétendre ne pas aimer le fromage, quand c’est bien arrangé comme ça, elle dévore ! Gros succès aussi chez Mademoiselle, mais c’est moins surprenant parce qu’elle, elle ne fait pas semblant de ne pas aimer le fromage (ou alors vraiment mal).