Blog

Le panier et la distribution de la semaine du 5 octobre [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur Le panier et la distribution de la semaine du 5 octobre [par Jeanne]

La distribution était avenue Alexis Capelle ce soir. Mademoiselle a tout juste appris à dire où elle habite en donnant son adresse, et elle a tressailli de joie en entendant que le GPS (mea culpa, je ne sais toujours pas aller à la salle Saint Maurice… je sais, c’est la honte…) parlait d’une avenue autre que « la sienne ». Qui est Alexis Capelle ? À votre avis ? Eh bien c’est un ancien maire de Bègles, 1925-1932, et c’est lui qui a adopté le projet de construction d’une piscine avec des bains-douches dont la mise en service marquera les débuts de l’hygiène publique pour le plus grand nombre. La piscine, caractérisée par son style « Art déco », deviendra la doyenne des piscines de l’agglomération bordelaise et sera classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques !

Fermons la parenthèse culture locale et revenons à nos oignons. Non, d’ailleurs, pas d’oignons dans le panier. Cette semaine, nous avons

– des patates douces (ça me fait toujours penser à ce monsieur qui, pour parler chic, m’avait vendu des pommes de terre douces une fois ! 🤣),

– du chou rouge, que je pense préparer cuit, parce que perso je ne connaissais pas avant d’habiter en Allemagne et peut-être que ça vous fera découvrir le chou rouge sous un nouveau jour (inversement, mon ami allemand ne connaissait pas sous forme de salade, ils sont fous ces Allemands),

– une aubergine qui a bien pris son temps pour mûrir, c’est cool, comme ça on a encore de l’aubergine en octobre,

– du basilic qui sentait bon dans toute la salle Saint Maurice,

– des tomates pour aller avec le basilic,

– et une courge présentée comme une sucrine –et là je me coucherai moins bête ce soir parce que pour moi une sucrine c’était une salade vendue sous plastique avec 2 copines.

Le stand légumes :

Ce mardi, j’étais au stand pommes pour soutenir moralement David dans sa quête de pépettes. Le remplissage des contrats est une occasion en or pour faire un peu de calcul mental. D’abord, réviser la table de 10 : sachant que 4 kg de pommes coûtent 11,80€ et qu’il y aura 10 distributions, combien doit-on payer au total ? Plus dur, si je fais 4 chèques, quel est le montant de chaque chèque ? Si on veut s’amuser on a aussi l’exercice inverse : un chèque de 17,90€ ? Ça correspond à 4 kg de pommes et 2 bouteilles de jus à 3,05€ ! Ah on sait se poiler au pôle pommes !

Pierre au pain et Bertrand (je crois ?) aux œufs :

Et il y avait une animation musicale ce soir, pour le plus grand plaisir de Mademoiselle, qui adore se trémousser !

Soupe de poivrons [par Jeanne]

by

Voilà, ça fait 2-3 fois qu’on a des poivrons et que je ne les prépare pas, ça s’accumule, ça risque de se perdre, et ce serait dommage c’est drôlement bon les poivrons.

Je vais faire une soupe ! (V’là le suspens vu le titre de l’article…)

J’ai commencé à chercher une recette mais celles que je trouvais ne me convenaient pas. Là, j’ai entendu la voix (je m’appelle Jeanne, c’est de la prédisposition naturelle) de Monsieur dans ma tête me dire que si c’est pour ne pas la suivre après c’est pas la peine de perdre du temps à chercher, autant n’en faire qu’à ma tête tout de suite. Comme quoi
1) même quand il n’est pas là il arrive à être désagréable et
2) il faut que je le crée dans ma tête pour qu’il ait raison de temps en temps. Je suis quand même dévouée.

Bref. Donc commencez par couper un poivron en 2, tartinez-le de fromage de chèvre affiné de la ferme des Jarouilles, ajoutez un peu de cumin, en poudre ou en graines. Ça ne fait pas une soupe, mais c’est très délicieux, comme dit mon ami chinois, et vous le mangerez en préparant la soupe.

J’étais presque prête à passer aux choses sérieuses quand je suis tombée en admiration devant la beauté intérieure du poivron : zoomez un peu et admirez le fin filet irisé qui recouvre la surface !

Assez badiné, il est temps de couper. COUPEZ !🎬 Hein ? Ah oui non, rien, pardon.

C’est coupé. Tous les poivrons et les oignons.

Un peu d’huile d’olive là-dedans, un couvercle, et chauffe Marcelle-la-poêle.

C’est chauffé. Là, je m’accorde un temps de réflexion parce que la recette était très claire dans ma tête jusque là, et puis d’un seul coup j’hésite. Patates or not patates ? That is the question. Avantage : la soupe gagnera en consistance. Inconvénient : ça risque d’atténuer un peu le goût des poivrons. Je vote patates, mais peu.

Une fois les pommes de terre épluchées et coupées en morceaux, je verse dessus ma piperade (parce que faut être honnête, ça y ressemble), je rajoute de l’eau et je laisse cuire. Si une partie de la soupe n’avait pas été destinée à Mademoiselle II qui ne doit pas encore manger de sel, j’aurais mis un bouillon-cube à cette étape.

Après cuisson, l’eau a disparu. J’en ai remis pour mixer. Je vise une soupe, pas une purée.

Et là arrive la petite touche qui fait le charme de cette recette : le fromage frais à l’ail et aux fines herbes.

Mixé avec le reste, il veloute la soupe. Comme j’imagine que c’est salé je n’ai pas tout mis, mais c’est ce que j’aurais fait sans ce bébé décidément bien rabat-joie.

Et voilà !

Mademoiselle était KO ce soir et s’est couchée sans manger donc n’a pas pu goûter (mais la dernière fois elle avait adoré, alors qu’elle prétend ne pas aimer les poivrons).

Monsieur s’est rappelé que j’en avais déjà fait « ah oui c’est vrai que c’est super bon ça ! ».

Et Mademoiselle II dans tout ça ?

Ça a été un drame quand le biberon a été vide…😊

Rouge à lèvres bio [par Mademoiselle II]

by

J’avais prévenu que ce blog tournait cosmétique…

Et donc Mesdames (Messieurs aussi, si ça vous intéresse), il ne vous a pas échappé que dans l’avant-dernier panier, il y avait de la betterave. Mademoiselle II a goûté bien sûr.

Une jolie petite purée, faite avec 1 betterave, 1 patate, un peu de yaourt pour l’onctuosité, et beaucoup d’amour.

Quelle jolie couleur ! Et donc Mademoiselle II vous conseille d’en appliquer subtilement autour de la bouche, mais aussi un peu sur le nez et derrière la tête (!?).

C’est un maquillage bio du plus bel effet, n’est-ce pas ?

Ce fourbe de daïkon [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur Ce fourbe de daïkon [par Jeanne]

Ça fait des jours qu’il est là. Qu’il vous fixe. À chaque fois que vous ouvrez le frigo. Vous êtes sûrs qu’il vous nargue. Alors que vous n’êtes pas les seuls dans ce cas-là. Personne ne sait quoi faire d’un radis asiatique. Vous aviez même oublié comment ça s’appelait, heureusement que David l’avait mentionné dans son mail.

Cette fois c’est terminé, son sort est tranché. Vous allez le préparer en salade thaïe.

Parce que oui, le radis asiatique, aussi appelé daïkon, est, comme son nom l’indique, asiatique. Le préparer à la thaïe lui rappelera son enfance, quand il n’était encore qu’une petite graine innocente.

Dans la recette que j’ai trouvée, il faut du daïkon et des carottes. Je n’ai plus de carottes mais les radis asiatiques sont gros, ça devrait suffire.

Je prépare le reste : 2 cc d’huile d’olive, 2 cc d’huile de sésame, 1 cc de sucre roux, 3 cs de nuoc-mam, du citron. Normalement il faut du citron vert, mais l’état de mon citron vert m’a fait estimer que jaune, c’était bien aussi.

Dans les options de la recette, il est précisé qu’avec des cacahuètes, c’est très bon. Je rajoute les cacahuètes dans mes ingrédients.

Je commence par faire la sauce, en mélangeant tous les ingrédients (le zeste et le jus du citron) sauf radis et cacahuètes.

Après j’installe le robot de cuisine qui râpe et j’épluche les radis. Il est d’une délicate couleur rose à l’intérieur, c’est très joli.

C’est là que le timing est parfait puisqu’on est alors mardi à 18h, et 1h30 plus tard je suis l’heureuse propriétaire d’un tas de carottes. Je vais pouvoir faire la recette complète.

Après un gros nettoyage des carottes, Mademoiselle s’éclate à râper carottes, radis et cacahuètes (enfin, elle, elle appuie sur le bouton, la machine fait le reste). Ça fait un beau dégradé orange-rose ! Mademoiselle est toute fan.

Reste à ajouter la sauce à tout ça et à se régaler !

Mademoiselle en a redemandé 2 fois. La 2ème fois j’ai dit non, elle avait eu du mal à finir son yaourt, c’était pas pour repartir sur de la salade aussi sec !

La moussaka promise [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur La moussaka promise [par Jeanne]

J’ai saoulé beaucoup d’entre vous avec ma moussaka à venir lors de la distribution de mardi, alors je ne pouvais plus ne pas la faire. Je n’avais pas l’intention de me débiner de toute façon, donc dès mercredi matin, j’ai moussaké.

Il faut : 1 kg d’aubergines, 500g de tomates, 500g de mouton haché, 1 gros oignon, de l’ail, de la cannelle, de la noix de muscade, 100g de fromage râpé, 2 oeufs, de l’huile d’olive et un peu de chapelure.

Les plus perspicaces d’entre vous remarqueront que 1) il n’y a plus 100g de fromage râpé dans le sachet au fond ; 2) une tomme de biquette est présentée alors qu’elle n’est pas sur la liste ; 3) on ne voit ni oignon ni ail et 4) la viande est drôlement foncée.

1 et 2 sont intimement liés… plus de fromage râpé, on n’a plus que des fromage de tueurs, et donc cette tomme de chèvre de Savoie va se retrouver à remplacer un banal emmental… 3 et 4 sont liés aussi : j’ai acheté la viande chez le p’tit boucher rue Saint-Paulin lundi, j’en avais 4 fois trop par rapport aux aubergines. Un petit mail à David, et il m’a répondu que oui, on aurait des aubergines le lendemain (ce qui me faisait passer à 2 fois trop de viande seulement). Le p’tit boucher m’avait conseillé de faire revenir la viande hachée avec oignon et ail dès le lundi, parce que ça se conserverait mieux que cru. C’est donc ce que j’ai fait. Vous ne pensiez pas sérieusement que j’avais omis oignon et ail quand même ??

1ère étape : saler les aubergines pelées et tranchées pour les faire dégorger pendant 1h.

Je remarque à cette occasion que ce plat à four est trop petit.

Ensuite, il faut faire revenir la viande gnagnagna, donc ça c’est déjà fait, et il faut rajouter les tomates coupées en dés. Ça me fait mal de cuire d’aussi bonnes tomates mais bon j’en ai, je ne vais pas en racheter des moins bonnes…

Hop, tout dans la sauteuse. Je n’ai pas de poêle assez grande donc la sauteuse est une casserole motivée.

Il est temps d’ajouter la cuillère à café de cannelle et la muscade. Comme la quantité pour cette dernière n’est pas précisée, je fais à vue de nez pifométrique pour les 2. (Et si on voulait vraiment faire les choses bien on préciserait rase ou bombée, la cuillère, nonmého !)

Revenons à nos aubergines qui ont bien dégorgé. Il n’y a plus qu’à jeter le liquide noirâtre et peu ragoûtant du fond du plat…

… et à rincer bien sûr !

Pendant ce temps, ça mijote ferme dans la sauterole (c’est une sauteuse en forme de casserole). La recette parle de 40min. Comme les tomates ont rendu du jus, j’enlève le couvercle pour que ça s’évapore un peu. Juste ce qu’il faut pour que ça ne crame pas non plus.

Au tour des aubergines toutes propres de revenir à l’huile d’olive. Là se pose un dilemme cornélien : les aubergines, ça absorbe comme une éponge, donc soit on tente le léger mais les aubergines ne fondent pas, soit on considère qu’on n’est pas à 1 ou 2L d’huile d’olive près et les tranches deviennent fondantes à souhait. Je tente le compromis et c’est une bonne tactique car les tranches qui ont fondu dans l’huile enrobent celles qui n’ont pas eu la même chance.

À côté, ça devient bon.

Il est temps de couper le feu et d’ajouter les 2 œufs battus en omelette et de bien les mélanger à la viande.

Ça fond, ça fond… ça doit être des aubergines suisses, pas pressées comme ça !

Mon plat précédent m’ayant semblé un peu court, jeune homme, je tape sur la taille du dessus pour la version définitive. J’huile le fond du plat à l’huile d’olive, je ne me lave pas les mains et au contraire je me les frotte bien pour profiter des bienfaits de cette même huile (je fais pareil pour le beurre ; les entreprises de cosmétique mettent moins en avant le beurre que l’huile d’olive mais je soupçonne une conservation moins aisée car mes mains m’ont fait comprendre qu’elles aimaient beaucoup ça, et elles sont susceptibles – ce blog va bientôt virer en tutos beauté au naturel !🤭), et je répartis un peu de chapelure au fond. La moitié en théorie, mais mon plat est un peu grand, il m’en aurait fallu plus.

Ensuite, la moitié des aubergines. Je commence à me dire que le 1er plat était peut-être de la bonne taille finalement, et je soupçonne les aubergines d’avoir réduit à la cuisson, les fourbes !

C’est une histoire de couches, après les aubergines, c’est au tour de la viande, en une fois, puis la moitié du fromage (à noter qu’après avoir coupé la tomme en morceaux susceptibles de passer pour du râpé, mes doigts s’assurent que personne n’approchera son nez trop près de moi pendant plusieurs heures).

On finit par le reste des aubergines puis le reste du fromage mélangé au reste de la chapelure. Si je factorise par « le reste de », ma phrase devient : on finit par le reste de (les aubergines puis le fromage mélangé à la chapelure).

Zoop, au four préchauffé à 180°C et quand ça bout on baisse à 150° pendant 45min. Moi j’ai baissé arbitrairement au bout de 10min parce que j’avais mieux à faire que de zieuter dans le four à la recherche du premier bouillon (« Regardez-moi dans les yeux, qu’il dit, le Bouillon »).

La photo est un peu sombre mais ça fait un joli plat. Bien sûr, comme c’est un gratin, si on veut une belle présentation au moment de servir, il vaut mieux le faire cuire dans des plats individuels. Et c’est très, très bon ! Évidemment, sinon je ne vous aurais pas donné la recette !😁

Bon appétit !

Ces drôles de légumes [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur Ces drôles de légumes [par Jeanne]

Parlons d’abord de cette tomate, si toutefois on peut encore appeler ça une tomate… 700g la bestiole ! Va m’en falloir de l’huile d’olive pour me contenter c’teu bête-là ! Que ceux qui ont saisi la référence à Julie la petite olive lèvent le doigt, ce sont des gens bien.

Avec la petite main potelée de Mademoiselle II

Il y a aussi cette chose ronde, rouge et verte. Monsieur a prétendu que c’était une tomate.

Que nenni ! Chouf le pédoncule, c’est un poivron !

Mais il est vrai que la confusion était aisée !

Je ne reviens pas sur les courges alambiquées, les haricots violets mais verts et les poivrons violets mais blancs. La nature n’aime pas le violet…

Pizze !

by
Commentaires fermés sur Pizze !

Parce que manger sain, c’est bien, mais manger gras, c’est mieux, cette semaine nous avons utilisé une grande partie de nos légumes sur des pizzas. Le pluriel de pizza c’est pizzas en français et pizze en italien. Voilà, c’était pour la touche locale.

Si j’achète une pizza, ce sera dans 95% des cas une 4 fromages. Mais à la maison je sors de mes sentiers battus et je me lâche.

Comme avec celle-ci qui aura une base… aillée !

Là-dessus je rajoute concentré de tomates, mozza, tranches de tomates et fromage de chèvre.

Pour une cuisson optimale il faut viser une garniture fine. Pour cela, on peut compter sur Monsieur et son obsession de l’affûtage (c’est pratique parfois d’avoir un maniaque à la maison 😊).

Les tranches sont tellement fines qu’on voit la pâte à travers les courgettes et les tomates.

Avec un peu de poivrons en plus, c’est très bon aussi.

Et comme il restait (énormément) de pâte après la session mini-pizzas, j’ai fait 2 grandes le lendemain : tomates, ail, oignons, jambon, mozza, chèvre d’un côté et babybel de l’autre (y’avait plus assez de chèvre) :

À noter que le babybel, s’il est bon passé au micro-ondes sur une tranche de pain, n’a absolument aucun intérêt gustatif sur une pizza. La texture est agréable, c’est tout ce qu’on peut dire.

La 2ème pizza a un fond de fromage blanc, d’ail et d’oignon, et dessus il y a mozza, courgettes, poivrons, fêta, herbes de Provence, lardons et emmental râpé.

On n’a plus ni tomates, ni courgettes, ni poivrons !😁

⚠️Pour votre santé, évitez de manger gras, salé ou sucré.⚠️🤭

Abraratati, abraratatouille ! [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur Abraratati, abraratatouille ! [par Jeanne]

Monsieur a suggéré de faire une grosse ratatouille pour cuire les légumes avant qu’ils ne s’abîment. Comme il aura beau jeu de dire que je n’écoute rien de ce qu’il dit, j’ai cherché une recette de piperade, histoire qu’il ait raison de temps en temps quand même.

La recette proposée par le journal des femmes a de belles évaluations et s’intitule « la meilleure recette ». Comment résister ?

J’ai regardé la liste des ingrédients et j’avais tout.

Après j’ai regardé les quantités mentionnées pour chaque ingrédient et j’ai rigolé parce qu’il faut 1,2 kg de piments doux et là, clairement, même en additionnant tous les piments que j’ai eus dans ma cuisine depuis 36 ans, je suis trèèèèès loin du kilo. Je ferai de mon mieux. Je suis née à Niort, moi, dans une rose, pas à Bayonne dans un piment !

Bref, donc j’ai tout lavé épluché coupé mis dans la poêle, et on voit bien que la trace de poudre rouge elle ne pèse pas 1,2 kg, mais on n’est pas trop amateurs de piquant à la maison et je voulais que ça reste mangeable.

Et alors là, j’ai été outrée. Alors OK, les haricots violets ils deviennent verts, je me suis faite à l’idée. Mais les poivrons violets, eux… ils deviennent blancs ! Mais on ne peut plus faire confiance à personne !

Après avoir mijoté, ça donne ça :

Sachant que j’ai laissé le couvercle parce que je faisais autre chose et je ne voulais pas que ça crame, mais normalement on doit laisser le jus s’évaporer.

Bilan : c’est très bon, et il ne faut pas mettre plus de piment pour notre goût.

Enfin ça ne résolvait pas le problème des courgettes et des aubergines qui prennent trop de place dans le frigo ça. Donc j’ai quand même préparé une ratatouille. Il faut savoir faire plaisir à son Monsieur !😊

Bon appétit !

La fin des haricots [par Jeanne]

by
Commentaires fermés sur La fin des haricots [par Jeanne]

Dans le panier de cette semaine, des tomates rouges et jaunes, des poivrons violets et verts, des haricots violets et verts, des courgettes, des aubergines, et un concombre.

Au sujet de ce concombre, je tiens à me plaindre publiquement ici. Environ 5 min après être rentrés de l’Estey, Mademoiselle me demande si elle peut s’éplucher un bout de concombre. Je ne me suis pas méfiée, j’ai dit oui. Quand j’ai voulu moi aussi prendre un bout de concombre, il restait ça sur le plan de travail…:

Dans le pot c’est de la sauce à nems, elle aime bien tremper le concombre dedans. Et ELLE A TOUT BOUFFÉ L’AFFREUSE ! Enfin tout sauf 5 cm qui ont fini, eux, dans le ventre de Monsieur. Pour moi walou. Snif. Faites des gosses qu’ils disaient ! La prochaine fois qu’on a le choix entre 1 grand concombre et plusieurs petits, je jure solennellement de prendre plusieurs petits !

Pour se faire pardonner d’avoir participé au carnage, Monsieur a préparé le repas des grands.

Poivrons+tomme de chèvre de la ferme des Jarouilles passés au four :

Et salade préférée de Mademoiselle qui, malgré sa consommation excessive de concombre, a mangé avec plaisir et appétit : haricots violets->verts, tomates jaunes, salade verte, oignons, lardons, vinaigrette à la moutarde.

Tous les haricots n’ont cependant pas fini dans la salade. Certains ont été mixés avec un peu de lait maternel et ont enchanté Mademoiselle II !

Bon appétit !